Les répondants fantômes influencent la qualité : article sur la fraude paru dans Research Live


Articles
Thought Leadership

Dans un écosystème d’études de marché, la qualité des données est primordiale. De nombreux facteurs, tels que la fraude, ont un impact sur la qualité des résultats. Dans son dernier article pour Research Live, « Alerte à la fraude : les répondants fantômes », JD Deitch, directeur de l’exploitation de Cint, aborde la question de la fraude dans les études de marché, plus spécifiquement les liens de redirection non sécurisés. Les « utilisateurs malveillants » qui participent à ce type de comportement frauduleux sont de plus en plus nombreux, utilisant l’automatisation et la technologie pour tromper le système en associant des points de crédit à leurs comptes sans répondre à une enquête. Ce type de fraude a un impact direct sur la qualité des données.

Dans l’article, JD explique d’abord comment fonctionne ce type de fraude. Un cas de répondant fantôme survient « lorsqu’un utilisateur remplit les conditions requises pour bénéficier d’une incitation comme s’il avait répondu à une enquête, alors qu’aucune donnée n’a été recueillie ». Cette manipulation du système se fait principalement en exploitant les liens de redirection non chiffrés, ce qui finit par fausser les données et par avoir un impact sur la qualité.

Les fournisseurs supportent souvent les coûts de ce comportement, car ils ne sont payés que pour les enquêtes « véritablement » terminées. Les fournisseurs emploient un certain nombre de techniques, avec des niveaux de sophistication et d’efficacité variables, en évaluant les efforts de lutte contre la fraude et la facilité d’accès des répondants. Ils doivent trouver le « juste équilibre entre des mesures défensives qui permettent l’accès à un nombre suffisant de bonnes personnes tout en bloquant les mauvaises ».

Le fournisseur se charge généralement de bloquer les répondants fantômes, car les clients n’ont pas de fortes motivations économiques pour les arrêter. Cela ne les empêche pas d’essayer. « Que les clients le reconnaissent ou non, il y a des conséquences qui font qu’il est essentiel qu’ils s’en préoccupent. Des liens non sécurisés en amont de l’enquête peuvent permettre une entrée frauduleuse dans les études, facilitant ainsi d’autres comportements indésirables qui conduisent à des données factices. » Cela nous ramène, encore une fois, à la qualité.

JD se penche ensuite sur deux pratiques clés que les clients peuvent adopter pour lutter contre ce comportement :

  1. Les rappels de serveur à serveur : Les rappels sont des communications entre machines, invisibles pour les utilisateurs, qui atténuent très efficacement le problème
  2. Cryptage des liens : Le hachage sophistiqué des liens pour les chiffrer rend pratiquement impossible l’identification des paramètres passés et donc la manipulation de ces liens.

Il soutient que les deux approches ci-dessus sont les plus efficaces dans le paysage technologique actuel, tout en reconnaissant qu’il existe d’autres techniques. En fait, Cint a récemment mis ces méthodes en pratique chez Confirmit, en mettant en place des redirections de serveur à serveur avec son équipe de développement. Il écrit : « L’introduction de ce type de fonctionnalité sur toutes les grandes plates-formes de collecte de données peut profiter à l’ensemble de l’industrie… La transparence et les actions décisives sont favorables à l’écosystème et convaincront en fin de compte les clients que l’industrie prend la question au sérieux ».

Pour consulter la version intégrale de l’article, rendez-vous ici : https://www.research-live.com/article/opinion/fraud-alert-ghost-completes/id/5068182

Liked this post? Spread the word on: